Le Science Symposium « Vie en ville » vu par Patrice Petit, expert en traitement de l'eau

patrice.petit

Global Key account Manager

Le Science Symposium sur la Vie en Ville s’est déroulé les 10 et 11 Novembre à Shanghai, réunissant employés de BASF, clients et spécialistes de l’ « Urban Living » dont Jean-Marie Lehn, prix Nobel de la chimie en 1987.

Patrice Petit, expert de l’eau chez BASF France, était présent et nous raconte sa journée.

Je suis allé au Science Symposium principalement pour son sujet : la Vie en Ville. En effet, cela implique des enjeux majeurs en termes d’eau, sa production/disponibilité, sa distribution et son épuration, mais aussi pour la qualité de l’air et concernant les déchets produits par les habitants. Ces sujets sont aussi les sujets majeurs de nos grands comptes tels que Suez.

J’ai une formation de chimiste avec une spécialisation en environnement (et oui, chimie et environnement sont parfaitement compatibles !) complétée par un Executive MBA. Après des expériences dans la vente, le marketing et le management sur le marché de l’eau à un niveau national et international, je suis aujourd’hui Global Key Account Manager en charge principalement du groupe SUEZ avec qui j’initie et pilote des projets de co-innovation en plus de mes responsabilité business relatives à ma BU (EVG/S) et aux activités cross BU liées à l’industrie de l’eau. Avec cette casquette « BASF One Company » et avec l’intention de faire découvrir nos activités, j’ai invité mes contacts à ce Science Symposium.

Ce genre d’événement est un bon moyen pour montrer les applications de BASF sur les mégatendances telles que la Vie en Ville, le traitement de l’eau, la gestion des déchets et le recyclage. Ils furent (agréablement) surpris de voir comment la chimie pouvait intervenir concrètement dans ces activités. La chimie n’est pas juste une science complexe compréhensible uniquement par des scientifiques aguerris. C’est aussi un moyen d’atteindre un but visible dans la vie de tous les jours, un système qui combine les compétences des uns et des autres, qu’ils soient chimistes, architectes ou encore urbanistes. Les intervenants, passionnants et passionnés, étaient d’ailleurs bien représentatifs de tous les publics présents à l’évènement. Cette diversité au niveau des intervenants a permis d’avoir une vue d’ensemble sur la vie urbaine, avec des plénières axées « concepts visionnaires ». Il y avait par exemple Chris Luebkeman, directeur mondial Anticipation, Recherche & Innovation chez ARUP (Conseil en ingénierie spécialisé dans la construction) pour la partie architecture ; Chris a expliqué que le changement est constant et que l’homme est créatif par soucis d’amélioration de son environnement. Pour illustrer le côté visionnaire de l’homme, il a utilisé le film 2001, l'Odyssée de l’espace où un astronaute est en visio conférence (le skype d’aujourd’hui !) avec sa fille alors que le scénario du film a été écrit à la machine à écrire, un monde d’écart ! ou encore le Professeur Jean-Marie Lehn et bien d’autres encore ! 

Le Professeur Jean-Marie Lehn a été passionant, il nous a présenté ses travaux sur la chimie supramoléculaire, ce que cela pouvait apporter dans la vie urbaine mais aussi dans la vie de tous les jours. Grand pédagogue et passionné pour son sujet, le Professeur Jean-Marie Lehn a su transmettre l’essence de ses travaux à l’assemblée ce qui lui a valu une standing ovation.

Je connaissais déjà les applications de BASF dans le domaine de l’eau mais j’ai été très intéressé par certains concepts novateurs.

Par exemple, Matthias Wessling, Professeur à l’université de Aaron a travaillé sur le dessalement de l’eau. Certes, encore à un stade pilote, cette nouvelle technologie à venir basée sur la combinaison membrane/electrolyse permettrait notamment d’avoir un rendement supérieur à 90% alors qu’aujourd’hui nous sommes à 50% avec l’Osmose inverse. Le Professeur Wessling parle de Desalination 3.0.

Pr. Rong Wang (Nanyang Technological University, Singapour) nous a exposé ses travaux sur des futures membranes basées sur la biomimétique. Ainsi, il a extrait l’Aquaporin, un matériaux développé dans le rein pour assurer son rôle de filtre.  Son challenge est maintenant de synthétiser ce matériaux.  

La première journée s’est conclue par un dîner à la chinoise Shanghai Science and Technology Museum, plein de joie et de bonne humeur.

Ce que je retiendrais de ce symposium, c’est la qualité des intervenants mais aussi et, de façon générale, l’inspiration de certaines approches et innovations trouvées dans ce qu’offre la nature. J’ai beaucoup aimé cette approche : on s’inspire de la nature et on essaie de la reproduire pour des applications durables dans des domaines aussi variés que l’architecture, l’eau… Et dans tous les cas, la chimie est le vecteur de succès. Comme l’a dit Jean-Marie Lehn, « L’essence de la chimie n’est pas juste de découvrir mais de créer ».

Patrice Petit, Global Key Account Manager

Rejoindre la discussion