We create chemistry (1865 – 1944)

BASF célèbre son 150ème anniversaire en 2015. Découvrez l’histoire d’une entreprise qui montre comment la chimie génère de nouvelles idées et solutions.

1865 - 1901 : L’âge des colorants

Le 6 avril 1865, la Badische Anilin- & Sodafabrik est fondée à Mannheim, en Allemagne. Cette société nouvellement créée a vocation à produire des colorants ainsi que les produits chimiques inorganiques nécessaires. Après l’échec d'un projet d'achat d'un site à Mannheim, du côté Baden du Rhin, des installations sont achetées sur la rive opposée à Ludwigshafen, une ville de la région palatine.

1865 : Fondation

Un Anglais, Henry Wiliam Perkin, découvre par hasard le premier colorant à partir de goudron de houille, la mauvéine, et donc la possibilité d’utiliser du goudron de houille comme matière première de colorants synthétiques en 1856. Friedrich Engelhorn (1821-1902), propriétaire d’une compagnie de gaz de houille à Mannheim, en Allemagne, prend vite conscience des opportunités pour le goudron de houille que produit son entreprise. En 1861, il commence à produire la fuchsine, colorant rouge, et l’aniline, substance de base issue du goudron de houille. Mais il a une idée révolutionnaire : une entreprise unique pour tout le procédé de production, des matières premières aux matières auxiliaires, des produits précurseurs aux produits intermédiaires, jusqu’aux colorants eux-mêmes. Le 6 avril 1865, il fonde à Mannheim la société « Badische Anilin- & Sodafabrik », dont le siège se trouve sur la rive opposée du Rhin à Ludwigshafen.

3_Friedrich Engelhorn_small
Friedrich Engelhorn, PDG fondateur de 1865 à 1883

1866 : Premier médecin du travail

Une année après sa fondation, BASF embauche un médecin du travail - le tout premier de l’industrie chimique allemande. Vers 1900, le service médical ainsi constitué est transféré dans la nouvelle clinique ambulatoire, extrêmement bien équipée. Le médecin du travail loue d’ailleurs ses « remarquables installations de soins et de chirurgie, sa salle de radiographie pour la kinésithérapie et ses bains thérapeutiques ».

4_Innenaufnahme Ambulanz_1280
Vue intérieure de la première clinique ambulatoire, vers 1914

1877 : Premier site de production à l’étranger

BASF établit son premier site de production à l’étranger, à Butirki, aujourd'hui quartier périphérique de Moscou. Un an après à peine, BASF rachète une usine de colorants à Neuville-sur-Saône, alors que BASF, au 19ème et au début du 20ème siècle, ne décidait de produire à l’étranger qu’à titre exceptionnel et uniquement si des questions de douanes ou de brevets le lui imposaient. À l'inverse, la vente de ses produits était déjà organisée à l'échelle mondiale avec un réseau de représentants, d’agences et de bureaux de vente propres aux quatre coins de la planète.

5_BASF in Butirki_1280
Premier site de production à l’étranger - Butirki, Russie, dans les années 1890

1897: « Indigo Pur BASF »

BASF lance son « Indigo Pur BASF », remportant la course à la production synthétique du « roi » des colorants naturels. Tous les signaux d’un marché rentable sont au vert, et l'indigo devient rapidement un des best-sellers de BASF. Il a fallu beaucoup de temps pour en arriver là et beaucoup de risques ont été pris : 17 ans de recherche intensive ont été nécessaires pour réaliser la synthèse de ce colorant bleu très prisé et BASF a investi 18 millions de marks-or dans ce but - plus que le capital social de l'entreprise à l'époque.

2_Einsteig 1. Kapitel_1280x768
Production d’indigo en 1921
6_Indigoetikett China_1280
Label Indigo pour la Chine, aux environs de 1903

1901 : Indanthrène

Un nouveau colorant bleu est découvert : le bleu d’indanthrène RS surpasse l’indigo en tenue et en stabilité à la lumière - et fait concurrence à cet ancien « roi » des colorants naturels au sein de BASF. Une gamme complète de colorants de cuve (teintures textiles non solubles à l’eau) à l’indanthrène ne tarde pas à être développée ; elle débouche sur de nouvelles opportunités d’application dans la teinture textile et l’impression.

7_Indanthren-Etikett_small
Etiquette pour des colorants à l’indanthrène résistants à la lumière à partir des années 1920

1902 - 1924 : Le procédé Haber-Bosch et l’âge des fertilisants

BASF lance ses premiers projets de recherche sur l’azote au tournant du siècle. Le travail de Fritz Haber à l’université technique de Karlsruhe, qui permet la synthèse de l'ammoniac, un composé d'azote et d'hydrogène, ouvre la voie. Chez BASF, Carl Bosch se lance dans le développement du procédé à l’échelle industrielle.

1902 : Synthèse de l’ammoniac

Le nouveau site d’Oppau, au nord de Ludwigshafen, lance les premières opérations de synthèse de l'ammoniac. Les fertilisants peuvent désormais être produits à l’échelle industrielle, une étape cruciale dans l'ère de la fertilisation minérale. À ce jour, le procédé Haber-Bosch de BASF assure la subsistance alimentaire de milliards de personnes.

9_Ammoniak_1920_small
Installation d’un réacteur pour la production d’ammoniac en 1921

1914 : Début de la première guerre mondiale

La première guerre mondiale débute à l’été 1914. L’Allemagne consacre ses ressources au colossal effort de guerre, qui pèse de plus en plus lourd sur l’économie. La guerre donne pour la première fois conscience à cette société fraîchement industrialisée de l'ambivalence de nombre de ses produits, y compris ceux du secteur de la chimie. L’ammoniac synthétique a par exemple été créé pour assurer la subsistance alimentaire d'une population croissante. Mais, face à la pénurie imminente de munitions fin 1914, le gouvernement fait de la production d'ammoniac sa priorité première : au site d’Oppau, il est converti en acide nitrique pour alimenter l’industrie des explosifs.

10_Erster Weltkrieg
Distribution de nourriture pendant la guerre en 1917

1914 : Station de recherche agricole

La Station de recherche agricole ouvre ses portes au Limburgerhof près de Ludwigshafen en 1914, pour étudier l’efficacité des fertilisants ; après 1945 les agents de protection de récolte de BASF font eux aussi l’objet d’études. Ils doivent être testés de façon aussi exhaustive que les colorants. Les clients doivent recevoir des instructions précises sur leur mode d'emploi, ce qui implique de conduire des études de grande envergure pour déterminer leurs effets sur le sol et les plantes, et ouvre la voie aux activités mondiales de BASF dans le secteur de la chimie agricole.

8_Einstieg 2. Kapitel_1280
Expérimentations à la Station de Recherche Agricole du Limburgerhof, aux environs de 1925

1921 : Explosion sur le site d’Oppau

Le 21 septembre 1921, le nouveau site d’Oppau est secoué par une gigantesque explosion qui fait plus de 500 morts et près de 2 000 blessés. Le site et la communauté voisine subissent des dégâts majeurs. L’accident survient à la suite de charges posées pour décoller du fertilisant au sulfate de nitrate d’ammonium stocké dans un silo.

12_Explosion 1921_1280
Le site d’Oppau après l’explosion en 1921

1925 - 1944 : Nouvelles synthèses haute pression

BASF s’appuie sur son expérience du procédé Haber-Bosch et développe d'autres domaines d’application de la technologie haute pression : l’hydrogénation de la houille pour générer du carburant synthétique et la production de caoutchouc synthétique (Buna), dans le cadre de la structure I.G. Farbenindustrie AG, née de la fusion de BASF de et cinq autres grandes compagnies chimiques en 1925.

1925 : Fondation d'I.G. Farben

En 1925, BASF fusionne avec cinq autres sociétés (dont Hoechst et Bayer) pour donner naissance à I.G. Farbenindustrie Aktiengesellschaft (I.G. Farben), dont le siège se trouve à Francfort. Les sites de Ludwigshafen et d’Oppau forment l’essentiel du « groupe de travail du Haut-Rhin », l’une des quatre entités d'exploitation d’origine d'I.G. Farben.

1927 : Hydrogénation de la houille

Après la synthèse du méthanol (1923), BASF introduit avec succès une autre synthèse haute pression à l’échelle industrielle, en produisant de l’essence à partir de houille par hydrogénation. La première voiture à essence issue de houille quitte en 1927 le site de Leuna, que BASF a mis en service près de Merseburg, en Allemagne, en 1917.

1929 : Premières synthèses de plastiques

La synthèse de styrène à Ludwigshafen en 1929 ouvre l’ère des plastiques. Sur les sites de Ludwigshafen et d’Oppau, dans les années qui suivent, des travaux de grande envergure débutent dans un nouveau domaine de la chimie et de la physique : les polymères. Une série de ces composés est développée en vue d’une production à grande échelle : polymères acryliques (1929), polystyrène (1930), chlorure de polyvinyle (1931), polyisobutylène (1931), polyvinyléther (1934) et polyéthylène (1937).

1934 : La bande magnétique

L’expertise issue de ces différents domaines de travail est idéalement combinée à un nouveau progrès révolutionnaire : la bande magnétique audio. De la poudre de fer carbonyle d’une extrême finesse est produite à Ludwigshafen pour fabriquer des bobines d’induction pour câbles téléphoniques. La capacité à produire des dispersions extrêmement fines est le fruit de l’expérience dans la fabrication de colorants, et finalement les nouvelles activités plastiques se prêtent au développement d'un matériau support se présentant sous la forme d’un film. Les premiers mètres de bande magnétique sont fournis en 1934.

1939 : Début de la seconde guerre mondiale

Avec le début de la deuxième guerre mondiale en septembre 1939, l’Allemagne entre dans une économie de guerre. I.G. Farben est mis à contribution dans ce système autarcique avec ses produits synthétiques, tout particulièrement l’azote, le caoutchouc et l’essence. Pendant la guerre, nombre d'hommes parmi les salariés sont conscrits pour le service militaire. Ils sont remplacés par des femmes formées au travail, des prisonniers de guerre et des travailleurs forcés venus des pays occupés de l'Europe de l'est.