Travail obligatoire sur les sites de Ludwigshafen et d'Oppau durant la première guerre mondiale

Pendant la Première Guerre mondiale, des travailleurs civils étrangers et des prisonniers de guerre sont employés dans l'agriculture et l'industrie allemande. BASF y a elle aussi recours dans ses fabriques de Ludwigshafen, Oppau et Merseburg, pour remplacer ses employés appelés sous les drapeaux. Les ouvriers étrangers de BASF sont des civils polonais, des civils belges déportés mais aussi des prisonniers de guerre russes et italiens. Vers la fin de la guerre (1918), la main d'œuvre de BASF à Ludwigshafen, Oppau et Merseburg, 22.000 employés, comprend environ 1.500 travailleurs forcés. On estime que la main d'œuvre (dépendante) du pays ne s'est jamais composée à plus de 10% de travailleurs étrangers à qui l’on interdisait de retourner chez eux et que l’on forçait à travailler en Allemagne.