Mesures environnementales

Les aspects environnementaux jouent initialement au sein de BASF un rôle aussi mineur que dans le reste de la société. Jusqu’au 20ème siècle, les cheminées d’usine symbolisent la prospérité économique et non la pollution. Les années 60 sont le théâtre d’un profond changement, induit par une pression sociale et politique croissante, alors que les dégâts sur l’environnement deviennent de plus en plus visibles.

BASF réagit avec plusieurs mesures, entre autres l’introduction de fours tournants pour l'incinération des déchets en 1964, une station d'épuration des eaux en 1974 et des installations de désulfuration des gaz de combustion pour la centrale de Ludwigshafen en 1988. En 1985, BASF établit une directive environnementale pour la première fois : les considérations économiques ne doivent pas prendre le pas sur la protection de l’environnement. Cette règle est valable pour les sites de BASF dans le monde entier.

Des mesures de protection de l’environnement sont mises en œuvre encore plus précocement en dehors de Ludwigshafen. L’épuration des eaux en est un exemple. Après l’entrée en service du premier site de traitement des eaux usées à Guaratinguetá au Brésil en 1976, BASF exploite 55 stations d’épuration des eaux dans le monde en 1988 et une soixantaine aujourd’hui.

À l’heure actuelle il ne s’agit plus seulement de mesures en réaction. BASF propose à ses clients des solutions qui favorisent la prévention des émissions de gaz à effet de serre et qui augmentent l'efficacité énergétique avec par exemple des matériaux isolants.