Durabilité - un concept ancien, un modèle nouveau

BASF a adopté un modèle de durabilité depuis 1994 mais chacune des trois dimensions de la durabilité - économie, environnement et société - possède au sein de BASF une tradition qui remonte bien plus loin.

Le terme plonge ses racines dans le début du 18ème siècle mais en tant que modèle politique, la durabilité est caractéristique du 21ème siècle. En 1992, les Nations Unies donnent le « la » de cette nouvelle quête, avec un programme d’action mondial de développement durable baptisé « Agenda 21 » et à partir de 1994, BASF s'aligne elle aussi sur les principes du développement durable, moteur de la croissance de BASF et partie intégrante de sa déclaration de mission depuis 2011. « Nous créons de la chimie pour un avenir durable ». Pour BASF, la durabilité implique d'allier le succès économique à la responsabilité environnementale et sociale, harmonisant ainsi trois branches de développement avec des traditions de plus ou moins longue date au sein de la société. Peu de temps après sa fondation en 1865, BASF définit la stratégie initiale déterminante pour son succès économique. L'entreprise tourne aussi son attention vers les questions sociales très précocement, l'émergence de la société industrialisée faisant apparaître des exigences particulières. Les préoccupations environnementales jouent un rôle de plus en plus important à partir des années 1960.

Responsabilité sociale / Avantages sociaux

Quand BASF est fondée en 1865, les salaires des ouvriers leur suffisent à peine pour survivre. La maladie est une menace majeur et il n’existe pas encore de sécurité sociale. Il devient donc particulièrement important pour BASF de fournir gracieusement des services sociaux. La santé, la sécurité des conditions de travail, des conditions de vie acceptables pour ses employés sont  au cœur de ses services. L’éducation et la culture même en dehors du lieu de travail ne tardent pas à venir compléter l'engagement de BASF. À ce jour, BASF continue de répondre à ces besoins sociaux avec ses services.

Sécurité des conditions de travail et santé

Une année après sa fondation, BASF embauche un médecin du travail - le tout premier de l’industrie chimique allemande. Très tôt, des bains publics sont installés pour ses ouvriers. La mutuelle d’entreprise fournie par BASF suit dès 1884, allant bien au-delà de ce qu’exige la loi. La première mesure de sécurité sur le lieu de travail comprend des mécanismes de sécurité sur les machines et les équipements. Lorsque le premier ingénieur sécurité est recruté en 1929, la formation des employés aux risques d’accident, en plus des dispositifs techniques de sécurité, devient fondamentale pour l'amélioration de la sécurité sur le lieu de travail.

Logement et plus encore

Avec la construction à grande échelle de logements pour ses employés, BASF pose une nouvelle pierre de sa politique sociale en 1872. C'est une mesure importante compte tenu de la pénurie et de la mauvaise qualité des logements qui caractérisent la situation des travailleurs au 20ème siècle encore. L’entreprise se soucie également de leur bien-être physique : la première cantine ouvre ses portes en 1884. Les besoins des employés changent au fur et à mesure de l'évolution de la société, et l’équilibre entre vie familiale et vie professionnelle devient important. En 1986, BASF lance ses premières activités à cet égard.

Activités éducatives et culturelles

Dès 1900, un large éventail d’opportunités d’éducation est proposé aux employés, avec la mise en place d’une bibliothèque. BASF conduit le premier cursus d’été pour étudiants étrangers en 1949 : les opportunités éducatives ne sont désormais plus limitées aux seuls employés de BASF. Pour susciter l’intérêt pour les sciences dès le plus jeune âge, BASF crée les premiers laboratoires scolaires en 1997. L’engagement culturel de BASF voit le jour en 1921 avec le premier concert organisé pour ses employés, lançant de nouvelles tendances en matière de vie sociale par-delà les frontières de Ludwigshafen.

verantwortung_teaser_1280x768